Biologie
Partagez cet article

Le mulot sylvestre ou Apodemus sylvaticus

Le mulot sylvestre est un petit rongeur qui vit à la campagne et se nourrit de ce qu’il trouve. Il est à même de causer de nombreux dégâts, il est essentiel de trouver des solutions pour contrôler sa prolifération.

La morphologie du mulot sylvestre

Le mulot sylvestre est un rongeur que l’on nomme parfois souris des champs ou mulot gris. Son corps est allongé, il atteint 8 à 15 cm. Il se reconnaît à sa queue de 10 cm quasiment aussi longue que le corps.
Ce petit animal agile pèse entre 10 et 30 g. Son pelage est brun à grisâtre, il a des taches ocres entre les pattes antérieures. Sa tête est effilée et ses oreilles sont dotées de pavillons élargis.

Il se distingue de la souris par ses yeux, ses oreilles et ses pattes qui sont plus grands.

Le mulot sur le plan biologique

Le mulot sylvestre se retrouve principalement en Europe. On le reconnaît à son comportement dans la mesure où il s’agit d’un animal sauteur. C’est un rongeur nocturne. Il creuse des galeries profondes pour se protéger, mais peut également vivre à la surface. On le trouve généralement dans les sous-bois, les lisières de forêts ainsi qu’à proximité des cultures et des bâtiments agricoles qui regorgent souvent de nourriture pour le mulot.

Quelle alimentation pour ce rongeur ?

Granivore et fructivore de préférence, le mulot va se nourrir de ce qu’il trouve : graines dans les exploitations, fruits, baies, légumes dans les potagers, etc. Il peut ingérer jusqu’à 70 % de son poids en graines. Si l’occasion se présente, le mulot sylvestre devient volontiers carnivore et peut alors manger 20 % de son poids en escargots, vers, insectes, etc.
Le mulot est très organisé et a tendance à faire des provisions.

La reproduction de l’Apodemus sylvaticus

La reproduction du mulot gris est un véritable problème. Il atteint sa maturité sexuelle à seulement deux mois. Il peut avoir de 2 à 4 portées par an à raison de 5 à 9 petits par portée. Sa gestation est de 22 jours. Le risque d’infestation est donc extrêmement élevé si sa prolifération n’est pas contrôlée.

Mulot sylvestre : quels dégâts cause-t-il ?

Le mulot mange des graines et peut ainsi générer des pertes. Consommateur de fruits et légumes, il dégrade sensiblement les cultures maraîchères. Dans les champs, il peut détruire rapidement une récolte en raison de sa reproduction intense. De plus, il peut s’attaquer aux semences et annihiler le travail des exploitants.

Comment contrôler la prolifération de ce mulot ?

Pour préserver votre potager ou arbres fruitiers, seules les méthodes non chimiques sont possibles. En revanche pour protéger votre habitat, des solutions chimiques sont autorisées, vous pouvez vous référer à l’article « Comment contrôler les rongeurs ? ». Enfin, sachez que le chat est un prédateur du mulot, tout comme les rapaces que vous pouvez attirer en installant des perchoirs.

Autres articles sur le même sujet
Biologie
17 février 2020

Le campagnol des champs ou Microtus arvalis

Le campagnol des champs est un mammifère rongeur, nuisible destructeur et vecteur de maladies.

Temps de lecture : 4 min Nombre de vues : 1808
Lire la suite
Biologie
11 février 2020

Le campagnol terrestre ou Arvicola terrestris

Le campagnol terrestre est un petit rongeur qui, malgré sa taille, peut engendrer de nombreux dégâts.

Temps de lecture : 4 min Nombre de vues : 966
Lire la suite
Biologie
17 février 2020

Le campagnol provençal ou Microtus duedecimcostatus

Le campagnol provençal est un tout petit rongeur qui a un impact très négatif sur les vergers notamment.

Temps de lecture : 4 min Nombre de vues : 615
Lire la suite