Contrôler Tout public
Partagez cet article

Quelles sont les obligations des sites industriels en matière de dératisation ?

Les accidents survenus suite à la consommation de certains aliments contaminés par des bactéries ont jeté le doute dans l’esprit du grand public. On pense notamment à la présence d’Escherichia coli dans les pizzas surgelées de la marque Buitoni et à la détection de Salmonella dans certains chocolats de la marque Kinder. Dans ces deux derniers cas recensés, les rongeurs nuisibles pourraient être à l’origine de la contamination. Pourtant, des mesures sanitaires strictes doivent être respectées par les entreprises afin d’assurer la sécurité des aliments qui seront commercialisés : Guides des Bonnes Pratiques d’Hygiène (GBPH), normes internationales (IFS, AIB, BRC) fixent les règles en matière de surveillance des rongeurs nuisibles.

Quel lien entre rongeurs et bactéries ?

Les rongeurs nuisibles peuvent transmettre des maladies aux hommes ou aux animaux d’élevage. Appelées zoonoses, ces maladies sont parfois graves voire mortelles. Au-delà de la transmission directe de maladies via leur urine, leur excrément ou leur salive, ils peuvent également contaminer des lieux, de la nourriture voire même d’autres animaux en étant porteurs de bactéries, virus…

A l’usine Buitoni de Caudry, les règles d’hygiène n’ont pas été respectées : Insalubrité, climatisation bouchée et présence de rongeurs dans la zone de production ont été relatées. Or, les rongeurs peuvent être vecteurs des bactéries Escherichia Coli et ainsi contaminer des sites. Si les souches de cette bactérie sont généralement inoffensives, certaines formes pathogènes produisent une toxine provoquant une infection sévère.

Dans le cas de l’usine Kinder d’Arlon en Belgique, les Salmonella ont été détectées sur un filtre situé dans une cuve à beurre laitier. Elles seraient arrivées par des personnes ou des matières premières qui auraient pu être contaminées par contact avec des rongeurs porteurs de la bactérie.

Le « Paquet Hygiène » : un cadre européen dédié à la sécurité des aliments

Suite aux crises sanitaires qui se sont succédées, l’Europe a rédigé puis adopté le « Paquet Hygiène » qui rassemble un ensemble de règlements visant à assurer la sécurité sanitaire des denrées alimentaires mises sur le marché. Il s’applique à toute la filière agroalimentaire : de la production animale et végétale jusqu’à la distribution au consommateur final, englobant ainsi les industries de première et seconde transformation, les métiers de bouche, et le transport. Cette réglementation fixe les obligations de résultats des professionnels, tout en leur laissant une marge de manœuvre quant aux moyens.

https://agriculture.gouv.fr/guides-de-bonnes-pratiques-dhygiene-gbph

Afin d’aider les professionnels à respecter leurs obligations réglementaires, l’administration française met à leur disposition des Guides de Bonnes Pratiques d’Hygiène (GBPH) qui couvrent toute la filière agroalimentaire « de la fourche à la fourchette ». Rédigés par des professionnels et validés par la Direction générale de l’alimentation, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes et la Direction générale de la santé, ces guides évolutifs sont spécifiques à des domaines d’activité ou à des catégories de produits. Aujourd’hui en France, plus de 40 guides sont disponibles sur le site du Ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire.

« GBPH » : focus sur la maîtrise des rongeurs nuisibles

Les Guides des Bonnes Pratiques d’Hygiène sont très complets, ils abordent différents thèmes, comme par exemple les principaux dangers et les mesures préventives, les règles de traçabilité, les règles à appliquer pour chaque processus (ressources, conception des produits, production des produits et expédition des produits).

Un chapitre spécifique est par ailleurs consacré à la maîtrise des nuisibles (rongeurs et insectes).

Si on prend l’exemple du GBPH dédié aux entreprises fabricantes de produits traiteurs frais et réfrigérés, 4 conditions sont à respecter pour la maîtrise des nuisibles :

La 1ère : Locaux conçus pour éviter les entrées et les implantations de nuisibles

La 2nde : Equipements et matériels disposés de manière à limiter les risques d’implantation de nuisibles

La 3ème : Programme de lutte préventive déployé

La 4ème : Eventuellement, actions curatives listées

Exemple de plan de maîtrise des rongeurs nuisibles (source : GBPH des Entreprises fabricantes de produits traiteurs frais et réfrigérés – page 118)

IFS, AIB, BRC : l’exigence de normes internationales

Au-delà des Guides de Bonnes Pratiques d’Hygiène (GBPH) qui donnent des recommandations, des conseils mais en aucun cas ne fixent d’obligations sur les moyens à déployer, les entreprises de la filière agroalimentaire ont la possibilité d’appliquer certaines normes comme IFS (International Food Safety), AIB (American Institute of Baking) ou BRC (British Retail Consortium). Plus exigeantes que les GPBH, ces normes décrivent les moyens à mettre en place sur les sites industriels.

Pour obtenir l’une de ces certifications, les sites sont audités afin de vérifier qu’ils appliquent et respectent les mesures détaillées dans les normes.

Concernant la maîtrise du risque rongeurs, les normes formulent des exigences spécifiques sur le contenu du plan de lutte, la qualification du personnel, les produits autorisés et les dispositifs de surveillance.

 

Ainsi, les entreprises de la filière agroalimentaire ont une obligation de résultats fixés par le Paquet Hygiène, et pour celles qui choisissent une certification, une obligation de moyens fixés par les normes.

Les industries de l’agroalimentaire doivent tout mettre en œuvre pour maîtriser la sécurité sanitaire des denrées alimentaires mises sur le marché. Les scandales sanitaires sont heureusement très rares et sont souvent liés à une faille dans les moyens déployés par les industriels. Pour la filière, la maîtrise des rongeurs nuisibles est clé car leur présence sur un site peut représenter un risque pour la santé humaine et animale.

D’autres filières sont également très vigilantes sur les risques que représentent les rongeurs nuisibles : en s’attaquant aux câbles électriques, ils peuvent causer des accidents graves (incendies) ou provoquer l’arrêt de l’activité de l’entreprise (dégradation des équipements industriels) ; en détériorant les marchandises ils rendent les produits invendables.

Autres articles sur le même sujet
Santé
5 mars 2020

Peut-on attraper des maladies avec les rongeurs ?

Les rongeurs peuvent être porteurs de maladies, le risque de transmission à l’Homme existe...

Temps de lecture : 5 min Nombre de vues : 5558
Lire la suite
Santé
9 mai 2022

Pourquoi les maladies transmises par les rongeurs vont augmenter ?

Le réchauffement climatique, l’augmentation des eaux stagnantes… Des faits avérés qui ne sont pas sans conséquence …

Temps de lecture : 3 min Nombre de vues : 1208
Lire la suite
Contrôler RATdanslesruesenville
8 décembre 2020

Prolifération des rats : ce problème sanitaire engendré par le confinement

Pendant le confinement, les rues se sont vidées et ont été délaissées par les humains… mais pas par les rats.

Temps de lecture : 3 min Nombre de vues : 3537
Lire la suite